Un amendement au projet de loi de finances pour 2019 vient étendre le champs d’application du crédit d’impôt pour la transition énergétique à certaines dépenses liées au remplacement d’une chaudière au fioul.

Haro sur les chaudières au fioul ! Invité la semaine dernière dans la matinale de RTL, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé une série de mesures censées calmer la grogne des gilets jaunes face à l’augmentation des prix du carburant. Parmi elles : une extension du crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite) de 30% aux coûts de main d’oeuvre liés au remplacement d’une chaudière au fioul. L’idée étant d’inciter les ménages les plus modestes à se chauffer aux énergies renouvelables, en lieu et place des énergies fossiles. Jusqu’à maintenant, seule l’acquisition d’un nouveau système de chauffage (pompe à chaleur, chaudière ou poêle à bois, par exemple) était effectivement éligible à l’avantage fiscal. Les travaux de démontage de l’ancienne chaudière, pouvant s’élever à plus de 1.000 euros, n’était eux pas couverts par le crédit d’impôt. Un coût qui dissuadait de nombreux ménages à engager leur transition énergétique.

Conformément à l’engagement gouvernemental, un nouvel amendement au budget 2019, adopté le vendredi 16 novembre, vient donc étendre le bénéfice du crédit d’impôt à certains travaux de remplacement. Désormais, il sera possible de bénéficier d’un avantage de 30% sur les coûts de main d’oeuvre d’installation du nouvel équipement de chauffage, tant qu’il respecte les conditions initiales du Cite. A savoir : utiliser des énergies renouvelables. Mieux encore ! Dans le cas des remplacements de chaudières fonctionnant au fioul, la dépose de la cuve, opération indispensable à son démontage, bénéficiera d’un crédit d’impôt de 50%.

En définitive, si vous décidez de changer votre chaudière au fioul, vous bénéficierez d’un crédit d’impôt de 30% sur le montant d’acquisition de votre nouveau système de chauffage, d’un avantage de 30% sur les frais de son installation, ainsi que d’un crédit d’impôt de 50% sur les dépenses liées au démontage de votre cuve à fioul. Les conditions de ressources pour bénéficier de ces extensions seront prochainement fixées par décrets. Elles seront vraisemblablement alignées sur les critères d’obtention des aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Ce contenu a été réalisé par Capital.fr